Exacom

Expertise & Auditing Company

Tunisie phosphate

1920 1080 Exacom

La production de phosphate en Tunisie a augmenté de 46% au 1er trimestre 2017

La production de phosphate a augmenté de 46% à 1,33 million de tonnes, par rapport au premier trimestre 2016. La Tunisie devrait atteindre son objectif de doubler en 2017, sa production de phosphate à 6,5 millions de tonnes.

Pour rappel, le secteur des phosphates est avec celui du tourisme, l’un des secteurs clés de l’économie tunisienne. La plus grande société du secteur est la Compagnie de Phosphate de Gafsa.

Croissance PIB Tunisie

1920 1080 Exacom

Croissance économique de 2,1% durant le premiertrimestre 2017

Le taux de croissance en Tunisie a été de 2,1% pour le premier trimestre 2017, selon l’Institut National de la statistique alors que le Produit Intérieur Brut (PIB) a connu une légère croissance de 0,9% comparé au dernier trimestre de l’année 2016.

Ce taux de croissance positif est s’explique essentiellement par la nette évolution qu’a connu le secteur agricole (+ 4,9%) ainsi que celle des services marchands qui a progressé de 3,4%.

Prévisions de croissance du secteur de l’agriculture

L’INS estime que ce taux dépassera 5%, au cours de cette saison agricole, en raison des bonnes conditions climatiques.

IL y a lieu de signaler que la production d’agrumes atteindrait au cours de cette année environ 600 mille tonnes contre 380 mille tonnes la saison écoulée.

Le secteur des services marchands

La hausse de ce secteur des services marchands est expliquée par celle de la valeur ajoutée de toutes ses filières,qui a bénéficié d’un net regainde 35% du nombre de touristes, au cours du premier trimestre 2017.

Dans la même tendance, le secteur des services du transport a également progressé de 2,9% et celui des services de communication et services financiers ont cru respectivement de 3,8% et 7,5%.

Dans la même tendance, le secteur des services du transport a également progressé de 2,9% et celui des services de communication et services financiers ont cru respectivement de 3,8% et 7,5%.

Une légère croissance des activités des secteurs des industries non manufacturières

Le secteur des industries non manufacturières a enregistré une légère croissance de 0,2%, au cours du premier trimestre de 2017 en comparaison avec la même période de 2016. Ceci est expliqué par la hausse de la production dans le secteur des mines (21,3%).

Avantages fiscaux

150 150 Exacom

Promulgation d’une panoplie de mesures en faveur de l’investissement

La nouvelle loi n° 2017-8 du 14 février 2017, portant refonte du dispositif des avantages fiscaux,qui a été publiée dans le journal officiel du 21 février 2017, a apporté plusieurs nouveautés fiscales, et s’articule autour des points suivants :

Avantages fiscaux au titre de l’exploitation

  • L’exportation
  • Le développement régional
  • Le développement agricole
  • Activités de soutien et de lutte contre la pollution
  • Entreprises nouvellement créées

Avantages fiscaux au titre du réinvestissement en dehors de l’entreprise au capital initial ou à son augmentation

  • Développement régional et développement agricole
  • Exportation et secteurs innovants
  • Encouragement des jeunes promoteurs
  • Les SICAR (Société d’investissement en capital à risque) et les FCPR (Fonds Communs de Placements à Risques)
  • Recueillir les informations sur l’investissement, les diffuser et préparer les rapports d’évaluation sur l’investissement.

Dispositions fiscales et douanières relatives aux entreprises totalement exportatrices

Cette loi a, en outre, harmonisé certaines dispositions fiscales avec les dispositions de la loi de l’investissement. Elle entrera en vigueur à compter du 1er avril 2017.

Tunisie investissement

150 150 Exacom

Le nouveau cadre juridique de l’investissement en Tunisie

La Tunisie a engagé ces dernières années d’importantes réformes économiques afin de relancer la croissance économique et promouvoir l’investissement dont le rythme s’est ralenti en comparaison avec certains pays émergents, dans l’objectif de développer son environnement des affaires et améliorer sa compétitivité.

Parmi les importantes réformes réalisées par la Tunisie, figure la promulgation d’une nouvelle loi sur l’investissement (loi n °71 du 30 Septembre 2016) qui vient de remplacer le Code d’incitation aux investissements de 1993, lequel code constituait depuis plus d’une vingtaine d’années le cadre juridique global de l’investissement en Tunisie.

Par ailleurs, la nouvelle loi, entrée en vigueur à partir du 1erAvril 2017, vise à favoriser la promotion des investissements privés et à encourager en particulier la création et le développement des entreprises notamment par l’augmentation de la valeur ajoutée, la compétitivité, la capacité d’exportation et le contenu technologique de l’économie tunisienne aux niveaux régional et international ainsi que le développement des secteurs prioritaires. D’autre part, avec la création d’emploi et l’augmentation de la compétence des ressources humaines, la réalisation d’un développement régional intégré et équilibré, d’un développement durable.

Le nouveau cadre juridique comporte également plusieurs dispositions qui consacrent le principe de la liberté d’investissement grâce à la suppression de diverses autorisations relatives à l’activité économique, en particulier pour l’accès au marché, la fixation des délais d’attribution de ces autorisations, la nécessité de motiver le rejet et considérer que le silence de l’administration après l’expiration des délais vaut autorisation, la révision des cahiers des charges et la simplification des procédures administratives au profit de l’investisseur.

De plus, ce nouveau cadre juridique garantit à l’investisseur la liberté de recours à la justice et à l’arbitrage au cas où des solutions de conciliation ne sont pas abouties, ainsi que le renforcement du principe de libre transfert des fonds à l’étranger pour les investisseurs étrangers.

La nouvelle loi accorde également la possibilité de recruter des cadres étrangers dans la limite de 30% de l’ensemble des cadres de l’entreprise pendant les trois premières années à partir du démarrage du projet, avec l’adoption d’un programme de tunisification à partir de la quatrième année.

Elle instaure aussi :

Une Instance Tunisienne de l’Investissement,qui sera chargée de:

  • Proposer les politiques et les réformes en coordination avec le secteur privé,
  • Encadrer et orienter l’investisseur et examiner les demandes de primes pour les projets dont le coût dépasse 15 millions de dinars,
  • Octroyer les autorisations,
  • Examiner et traiter les requêtes des investisseurs afin de résoudre les problématiques qui se présentent en coordination avec les différentes structures concernées,
  • Etudier etévaluerles projets à intérêt national et les présenter au Conseil,
  • Recueillir les informations sur l’investissement, les diffuser et préparer les rapports d’évaluation sur l’investissement.

Un Fonds Tunisien de l’Investissement, qui sera en charge de :

  • Débourser les primes d’investissement,
  • La souscription dans les fonds communs de placement et les fonds à capital de développement à travers la création de fonds d’amorçage et des fonds de développement dans chaque région, et la création de fonds pour les secteurs prioritaires.
WordPress Lightbox